Sortir de la dépersonnalisation et déréalisation (DP/DR)

pbhiLa dépersonnalisation et la déréalisation sont des états psychologiques très invalidants, donnant l’impression de « marcher à côté de ses pompes », d’être déconnecté du « réel », de soi, de ses sentiments, et du présent. Le sentiment d’irréalité est constant ou presque.

Le trouble est un symptôme des troubles anxieux, dont il est nécessaire de trouver la cause.

La connexion avec l’identité profonde en est très affectée. La personne est littéralement déracinée, déphasée, déconnectée… et pas seulement psychologiquement. L’évaluation des corps subtiles montrent un véritable déracinement…

Les personnes souffrant de ce trouble sont souvent des personnes sensibles, cherchant un sens à la vie, et des réponses aux questions existentielles…

Causes :
Des chocs émotionnels, ou une angoisse très forte, sont souvent à l’origine de ce syndrome encore assez méconnu du monde médical…
La prise de substances psychotropes (comme le cannabis ou l’ecstasy) peut aussi en être le déclencheur.

Les crises d’angoisses pouvant surgir chez certains sujets, elles sont peut être une tentative de se réassocier émotionnellement, une tentative de répondre au besoin de comprendre, de trouver une solution concrète au problème.

Conséquences :

Sentiment d’irréalité, d’étrangeté par rapport à soi-même. Cet état peut en parrallèle provoquer de profondes angoisses, le sentiment de devenir fou… et bien d’autres troubles et peurs diverses.

La personne est dissociée (trouble dissociatif) : suite à un déclencheur, elle s’est coupée de ses émotions, de ses sentiments, du contact sensoriel, mémoriel, mais aussi avec son identité.
Ce trouble affectant la conscience, la mémoire et l’identité, il est impératif de reconnecter toutes les parties concernées chez le sujet.

Solutions :

D’après mon expérience personnelle et professionnelle, il peut être intéressant d’aborder ce syndrome en permettant à la personne de se reconnecter avec elle même : à la fois dans son enracinement, dans son corps physique et ses corps subtiles, mais aussi par le retraitement des traumatismes et angoisses, et la transformation des perceptions liées à l’expérience de vie.

Réintégrer son corps et le présent, s’enraciner, apaiser le mental et l’émotionnel, retraiter ses traumatismes mais aussi retrouver un sens à sa vie en se reconnectant à son identité et à son chemin de vie sont, d’après moi, des étapes majeures vers un état plus stable et équilibré.

Un travail profond et sur la durée, passera aussi par une réflexion sur les croyances, c’est à dire sur les pensées limitantes, pour s’ouvrir à des pensées ouvrantes porteuses de sens et de projets à long terme…

Le sujet est vaste et mérite d’être approfondi…

Sandrine BUZIN