Causes possibles de la DP/DR (dépersonnalisation/déréalisation)

J’ai de plus en plus d’appels de personnes dépersonnalisées et déréalisées.. Un fléau qui s’étend à vitesse grand V.
Plusieurs pistes commencent à se dégager de l’analyse de ces « cas » préoccupants. Je commence à identifier plusieurs déclencheurs possibles à ce syndrome.
Définition de « syndrome », selon Wikipédia : « ensemble de signes cliniques et de symptômes qu’un patient est susceptible de présenter lors de certaines maladies, ou bien dans des circonstances cliniques d’écart à la norme pas nécessairement pathologiques.« 
Bref, on classe dans syndrome bien des troubles dont le diagnostique est parfois difficile à définir.
N’étant pas médecin, je ne peux poser de diagnostic.

Je peux en revanche répertorier des points communs survenus peu avant l’apparition de la DP/DR (quelques jours à quelques semaines en général) :

– traumatisme(s) / choc émotionnel
– prise de drogues
– effets secondaires de certains anxiolytiques (voir notice, si vous en prenez)
– Fragilité émotionnelle, climat anxiogène, personne sujette aux angoisses
– dépression
– culpabilité existentielle
– Problème lié au sens de la vie : quête profonde existentielle sur ce qu’est la Réalité, au sens ontologique et métaphysique. C’est une quête spirituelle qui se vit à travers ce phénomène de manière à montrer du doigt ce qui « coince » véritablement au fond de soi : la vie n’est pas que matière et n’est pas absurde. Elle a un sens. Elle se crée. Vous n’êtes pas victime. Vous êtes le scénariste, réalisateur, acteur.

Autres pistes à explorer :

– le décalage des corps subtiles (suite à une grande frayeur notamment) : l’âme n’occupe que très partiellement le corps physique, d’où une quasi annulation de l’écoulement de la flèche du temps.
Or, sans perception du temps, comment vivre la réalité perceptible puisque nous vivons et vibrons dans l’espace-temps-matière ? Annulez la perception du temps et vous annulez automatiquement la sensation d’incarner la matière et l’espace ! Les personnes deviennent spectatrices de leur vie, comme hors de leur corps, hors du temps…
D’où un sentiment de déréalisation (la réalité matérielle n’est plus vécue dans le corps sensoriel)
– Troubles obsessionnels compulsifs : explorer toute pathologie psychiatrique
– Perturbation de la RS (résonance de Schumann  qui est la fréquence fondamentale / battement de la terre) pour diverses raisons…

– Refus de la réalité perçue comme trop absurde : une rémise en question existentielle sur les fondements même de ce qu’est l’existence.

Un travail à faire sur le « QUI SUIS JE » et le sens de la vie est indispensable.
Il sera nécessaire de travailler à la résolution des traumatismes, sur la gestion des émotions, la quête de sens et l’acceptation de ce qui EST tout en se détachant de ce qui appartient à autrui.
C’est une implication personnelle, au niveau de l’âme sur la prise en charge de sa vie, au lieu de la percevoir comme étant « subie » et insipide, incontrôlable, sans intérêt ou sans substance vitale.

Il est important de se détacher du cercle infernal « Victime-sauveur-persécuteur ». Chacun est maître et co-créateur de sa vie, et vous êtes en mesure de la vivre pleinement. C’est d’après moi une forme de distorsion et de dissociation dans le but de se préserver d’une réalité trop « dure ». Le rejet de la réalité est alors à son paroxysme, une sorte de fuite en avant.

Il existe surement d’autres causes que je n’ai pas encore identifiées…
Hélas, le syndrome est encore mal connu. Bien souvent, les personnes sont prises en charge médicalement sans exploration des causes sous-jacentes, ce qui n’arrange pas toujours la situation.